Pseudo:

Mdp:

Inscription - Mdp oublié

VUE SUR LA VIE

Rechercher un article

Afficher tous les articles

Afficher tous les dossiers

Millefaces Axid Flech Vue sur la vie M contre N Neopolis En pleine cible

La superiorite de la logique scientifique en cause (2/3)

par Jiby (01-12-2008)

Prétendre que les scientifiques, sont ceux qui détiennent la logique et la raison, n’est ce pas considérer que les autres sont « fous » ?

Et si finalement la logique officielle n’était qu’un trompe-l’œil présentant des failles ? Voici un exemple pour illustrer mes propos :

Le paradoxe de Zénon : Il démontre avec logique, qu’une flèche envoyée par un archer, ne peut jamais atteindre sa cible. Un archer est situé à 10m de la cible et envoie la flèche. Lorsque la flèche a parcouru 5m, il lui reste la moitié du chemin à parcourir. On ne considère plus que ces 5m de trajet. 2m50 plus loin, la flèche doit encore parcourir la moitié de cette moitié restante, il lui reste donc 2m50 à parcourir. On ne considère plus que ces 2m50 de trajet. 1m25 plus loin, la flèche doit encore parcourir la moitié de cette moitié de moitié restante…et ainsi de suite. La flèche aura indéfiniment une « moitié de moitié de moitié… » qui lui restera à parcourir, et elle n’atteindra jamais sa cible. Le raisonnement est logique, et pourtant il ne se vérifie pas dans la réalité !

Lorsqu’on parle de logique, on pense souvent à cette science qui a pour squelette la logique mathématique. Et pourtant ces mathématiques ont pour base, pour fondation même, des axiomes, c’est à dire des propositions générales reçues et acceptées comme vraies sans démonstration. C’est le principe contraire de celui qu’on prête pourtant à la science. Et comme pour une architecture, aussi colossale soit-elle, si les fondations ne sont pas solides, tout peut s’écrouler tôt ou tard. La crise du système financier international que certains économistes voyaient pourtant comme solide appuie cette idée qu’un système aux fondements douteux ne peut perdurer indéfiniment.

Pourtant, il est vrai que la science ne pourrait exister sans ces axiomes telles que « 1 et 1 font 2 ». Ca semble apparemment simple et logique et pourtant, ne serait-ce pas aussi logique que « 1 et 1 fassent 11 » ? Dans ce cas, tout serait à revoir.

On voit souvent la logique scientifique comme la logique « droite », « rigoureuse », « carrée » ou « symétrique » et pourtant cette logique est sensée nous faire comprendre le monde qui nous entoure et la nature ne connaît rien de droit, rigoureux, carré ou symétrique. Ce serait formidable si on retrouvait ces notions dans la nature mais il y a toujours des petites divergences qui nous compliquent les choses et font qu’on a de ce qui nous entoure qu’une vue « simpliste et grossière ». C’est comme ça qu’il faut voir la science : comme quelque chose de « simpliste et grossier », c’est décevant par rapport à ce que les gens veulent croire, mais c’est déjà beaucoup. La symétrie, les nombres, les maths, ça simplifie la nature, mais ça ne fait QUE la simplifier.

Il arrive fréquemment d’entendre, dans la bouche de scientifiques : « Sur Terre, toutes les conditions étaient réunies pour permettre l’apparition de la vie ». Cette affirmation est fausse. Il faudrait dire : « Sur Terre, toutes les conditions étaient réunies pour permettre l’apparition de la vie telle que nous la connaissons. »

On recherche la présence d’eau dans l’univers pour déterminer où la vie est possible, mais n’est ce pas ridicule de penser que la vie n’est possible qu’en présence d’eau ? Les gens de science ne feraient ils pas preuve parfois d’une certaine étroitesse d’esprit ?

La science est liée au progrès dans l’esprit des gens. Pourtant, on constate aujourd’hui que les techniques scientifiques n’ont pas apporté que de bonnes choses : chômage, dopage, pollution, destruction… La science a ses défauts et ses limites.

Dans l’histoire de l’évolution humaine, je pense qu’on peut définir 4 étapes :

- Au début, il y eut les outils, l’Homme a voulu se faciliter la vie en inventant des objets pratiques (silex, etc.).

- Puis une 2e étape s’est superposée, l’Homme a découvert qu’il existait des façons plus belles, plus agréables de manier ces outils que d’autres, il a même découvert qu’il pouvait les utiliser pour communiquer, ce fut la naissance de l’Art.

- Ensuite, vint la 3e étape, il a voulu comprendre un peu mieux le monde qui l’entoure, la science et la religion sont nées.

- Aujourd’hui, il se pourrait que nous entrions dans une 4e étape. L’Homme en voulant toujours plus, il lève la tête vers le ciel, pour parler à Dieu ou pour explorer les étoiles mais se retrouve noyé devant l’immensité de Dieu et de l’Univers, devant l’immensité du savoir à acquérir pour améliorer sa vie. Il sait qu’il ne pourra jamais expliquer tout ce qui l’entoure mais il sait désormais qu’il ne sait pas et ne saura jamais. C’est moins de la déception que de la résignation : il apprendra à ne plus vouloir améliorer sa vie mais à s’en contenter.

 

Recommander cet article : .

2.6/5

 

DANS CE DOSSIER Les logiques de la science

Une logique pour comprendre le monde (1/3) (30-11-2008 par Jiby)

La supériorité de la logique scientifique en cause (2/3) (01-12-2008 par Jiby)

Des logiques multiples et la complémentarité du religieux (3/3) (02-12-2008 par Jiby)

 

COMMENTAIRES