Pseudo:

Mdp:

Inscription - Mdp oublié

VUE SUR LA VIE

Rechercher un article

Afficher tous les articles

Afficher tous les dossiers

Millefaces Axid Flech Vue sur la vie M contre N Neopolis En pleine cible

Le poids des symboles dans les contes (2/3)

par Jiby (10-11-2006)

Que cache le « conte » que l’on dit destiné aux enfants ? Essayez de vous en faire une définition …

Maintenant, comparons deux contes très connus : « le petit chaperon rouge » et « le petit poucet » : 1er point commun, « Le petit » : on sait ce que ça veut dire : nous avons affaire à des enfants, c’est à dire des individus qui découvrent le monde : un garçon d’un coté , « le petit », une fille de l’autre coté , « le petit » aussi ! Ben… c’est quoi alors ? une travestie ? Non ! Le problème vient de la traduction de l’allemand. En allemand, nous avions « Das » qui est neutre (ni masculin , ni féminin) qu’on a traduit en français par « le » (comme vous le savez, en français, la grammaire privilégie souvent le masculin au féminin, la grammaire on vous dit !). Peut être n’avez vous pas fait d’allemand, mais sachez que « la fille » se dit « Das Mädchen ». La fille n’est donc pas féminine mais neutre ! Alors elle est quoi ? Androgyne (composé d’andro- qui signifie mâle et de –gyne qui signifie femelle) ? Pourquoi ne pas avoir mis « Die » (l’article féminin) et donc « la petite chaperonne rouge » ?

Peut-être est-ce dû au fait que les femmes donnent naissance aux garçons comme aux filles . Elles sont neutres, mixtes. D’ailleurs ne dit-on pas que c’est l’homme qui détermine génétiquement le sexe de l’enfant ? On pourrait presque écrire toute une théorie là-dessus : Le chromosome X est neutre, et le chromosome Y est masculin. Ainsi un XY est mâle et un XX est ni mâle, ni femelle. Ma théorie peut paraître débile mais alors expliquez-moi pourquoi les deux chromosomes sexuels ne sont pas carrément différents chez l’homme et la femme : XX et YY par exemple ?

Alors il y a une autre possibilité : le chromosome X est féminin, le Y est masculin, ce qui signifierait que la femme XX est totalement féminine alors qu’un homme XY est à moitié mâle et moitié femelle. Encore deux théories différentes issues de la même constatation, et la réalité serait tout autre. Bref, ces théories nous raconte qu’il y a de l’homme dans la femme est de la femme dans l’homme… Rappelons que nos plus lointains ancêtres (sortes de bactéries) étaient sans sexe !…

Laissons tomber cette affaire de chromosomes, mais un homme, un jour, n’a-t-il pas donné naissance à une femme ? Se nommerait-il Adam, l’homme dont la hanche a donné naissance à une femme d’après le Bible ? Pourtant, « Adam est dans Madame », dans tous les sens du terme : dans le mot (si on enlève le M et le e aux extrémités du mot), dans le vagin (si on parle de l’accouplement) et dans l’utérus (si on parle de l’enfant), encore un multi-sens.

Pourquoi le petit chaperon est-il (ou elle) rouge ? Le rouge, c’est le sang…c’est les menstruations, c’est la procréation : et ce qu’on veut apprendre à la fille, ce n’est rien d’autre que ça ! D’ailleurs, quand elle entre dans la chambre de la « mère-grand » (encore une mauvaise traduction ?), et que le loup travesti est à sa place, voilà l’échange qui se fait : «

- Comme tu as de grandes oreilles […] de grands yeux […] de grandes dents.

- C’est pour mieux t’entendre […] te voir […] te manger. » ?

C’est la « synesthésie » c’est à dire l’« éveil des sens » qui se fait, comme à l’école maternelle. Voilà à quoi riment toutes ces aventures du chaperon rouge….

Comme beaucoup de contes, l’histoire du chaperon rouge forme un cycle : entre le moment où il quitte la maison de la « mère-grand » et où il y revient après avoir croisé le loup (point de départ identique au point d’arrivée), cela symbolise le cycle de la vie.

Et ce loup, c’est lui qui enseigne les choses à la fille, pourtant, le loup symbolise le mal (et le mâle ! si vous avez suivi toute la symbolique). Savez-vous comment on dit loup en latin ? Lyceum, qui a donné le mot lycée : l’endroit où il y a des loups qui enseignent (les profs qui étaient tous des hommes, il y a quelques années) et des futurs loups (les écoles n’étaient ouverte qu’aux garçons au départ).

Et oui, voilà ce que cache un conte « destiné aux enfants » (voyez comme cette expression prend tout de suite un autre sens).

Après le conte qui s’adresse aux filles, le petit chaperon rouge, intéressons-nous à celui des garçons, le petit poucet. Poucet, dans son cycle de la vie, à son tour, c’est le cas de le dire, quitte la maison des parents, rencontre l’ogre et retrouve la maison des parents. Il va apprendre à protéger toute la troupe (ses 6 frères perdus avec lui dans la forêt) comme il devra protéger sa famille quand il sera devenu homme. Le jeune garçon Poucet apprend également, par la rencontre de l’ogre, qu’il devra nourrir sa famille plus tard.

Le repas est également un élément qu’on retrouve dans un grand nombre de contes. On imagine aisément la grande table avec la famille réunie. Manger c’est un moyen de se réunir, de communiquer et de communier : on mange, on digère. Biologiquement parlant, on assimile, or, assimiler (mot de la même famille que similitude, similaire, etc.) veut dire : mettre en commun (étymologiquement parlant), mot de la même famille que communiquer et communier. Le repas se retouve dans l’un des plus célèbres contes : la Bible. Jésus a dit « au revoir » à ses disciples en partageant le pain. C’est de là que vient le terme « copain » qui veut dire : « ceux qui partagent le pain ». On voit là encore que la nourriture est une histoire d’homme. Si co-pain signifie que les hommes se partagent le pain, le mot féminisé co-pine n’a pas de sens aussi avouable !

Enfin, savez-vous que « conte » et « compte », contrairement à ce qu’on pourrait croire, sont issus du même mot ? Si je vous contait la passionnante histoire des chiffres et des nombres, vous ne compteriez plus jamais comme avant.

 

Recommander cet article : .

2.6/5

 

DANS CE DOSSIER Le sens caché des mots

Les limites du langage (3/3) (11-11-2006 par Jiby)

Le poids des symboles dans les contes (2/3) (10-11-2006 par Jiby)

Ce qu’on dit sans le savoir (1/3) (09-11-2006 par Jiby)

 

COMMENTAIRES