Pseudo:

Mdp:

Inscription - Mdp oublié

VUE SUR LA VIE

Rechercher un article

Afficher tous les articles

Afficher tous les dossiers

Millefaces Axid Flech Vue sur la vie M contre N Neopolis En pleine cible

S'en echapper pour avancer (2/2)

par Jiby (13-05-2007)

Le milieu serait l’endroit où se trouve la plus grande quantité de choses puisque tout est attiré par le milieu (Le milieu est un trou noir, qui attire tout et… réduit tout à néant)... Et pourtant, en astronomie, c’est bien du milieu (de l’univers, là où aurait commencé le big-bang) que tout partirait. Alors, heureusement, même en voulant standardiser, être normal (c’est à dire dans la norme : tous pareils, tels des clônes dans le meilleur des Mondes), on ne peut pas lutter contre la nature qui veut toujours inventer, fuir d’où elle vient (telles les étoiles), pour explorer et conquérir de nouveaux (mi)lieux.

S’il semble qu’on ne tienne compte que du milieu, des moyennes, pour ce qui concerne la “masse”, les gens aiment coller des “étiquettes” sur les choses et sur les gens, parce qu’ils croient que c’est plus simple. Pour beaucoup de gens, on est tout l’un, ou tout l’autre: on est gentil ou méchant, petit ou grand, intelligent ou idiot.

Les débats : pour tout sujet (exemple: la peine de mort), il y a des arguments pour et des arguments contre. Au fond, le plus intelligent sera peut-être l’individu qui n’a pas d’avis: il a, à la fois, des arguments pour et des arguments contre, et il ne se prononce pas pour l’un ou l’autre des avis. Il se place dans les deux points-de-vue et il ne cherche pas à départager. Etre à la fois « ni pour, ni contre » (ou à la fois « pour et contre »), permet de comprendre beaucoup de gens.

PAGE INTERNET

MILLEFACES: rubrique M contre N (par Jiby)

La rubrique du site Millefaces où un sujet est traité en 2 positionnements qui s'affrontent. (commentaire de Jiby)

 

Dans la politique, les gens s’imaginent qu’on est soit de gauche, soit de droite. Mais alors comment fait celui qui est d’accord avec des gens de gauche sur certains points, et de droites pour d’autres points! Et bien, celui-là a parfois l’air d’un imbécile (et pourtant je pense que c’est le plus intelligent: il prend ce qu’il y a de bon dans chacun, sans adhérer de A à Z avec les idées d’un seul parti). Je voudrais que des journalistes m’expliquent pourquoi 2 personnes d’un même parti, devraient toujours être du même avis. Chacun est libre de penser, non ?

Pourtant, on en vient à se demander si les confrontations ne sont pas inévitables lorsqu’on vit en société, mais peut-être sont-elles ce qui nous fait avancer.

Thème d’un café philo:

L’Homme peut il survivre seul ?

L’Homme garde t-il toute sa valeur quand il est fondu dans la société ?

« - L’individu est dangereux pour la société: il entraîne l’inégalité, les classes sociales et patati et patata

- oui, mais moi je dis c’est la société qui tue les individus: car on ne peut pas être quelqu’un sans n’être plus personne. (dés qu’on veut se construire une identité propre, on est marginalisé: on devient quelquechose pour soi, mais plus rien pour les autres).

- Oui, mais un homme seul ne peut rien faire, il ne bénéficie pas du savoir faire des autres: l’individu est plus puissant dans une société, car il bénéficie de la solidarité, de la transmission des idées, des remises en causes de soi-même en se comparant aux autres.

- Tu vois pas toutes les règles que ça impose, la société? Y’a plus de liberté

- D’accord mais il n’y a plus d’ennui non plus.

- Oui, mais la société bannit, exclut, rejette les “hors-normes”, ceux qui ne sont pas fondu sur le même moule que les autres

- Mais enfin, la société, c’est le bonheur de vivre ensemble !

- C’est vrai, mais l’individualisme permet la créativité que l’on n’a pas à plusieurs (sinon ça devient le bordel !), la particularité, la singularité, l’identité, alors que la communauté impose de s’unifier aux autres en abandonnant de sa personnalité qui est à l’origine des différences et donc du progrès.”

- Les arguments continuent de gicler: “A quoi peuvent-donc te servir ton originalité, ta singularité où je ne sais quoi: s’il n’y a personne pour les voir, seul sur ton île! Et de toute façon, si t’es tout seul, tu ne peux plus être original! »

Par malheur, comme après chaque débat (certains doivent confondre débat et combat), chacun reste campé sur ses positions, en pensant que c’est l’autre qui a tort. Alors que tous les deux ont à moitié raison! De toute façon, il ne s’opposent pas tant que ça: la vie collective finit par rejoindre l’individualisme quand il faut déléguer des pouvoirs à un nombre restreint de personnalités, qui décident pour la majorité, laissant la minorité insatisfaite.

 

Recommander cet article : .

3.0/5

 

DANS CE DOSSIER La loi du milieu

L'attraction de nos vies (1/2) (12-05-2007 par Jiby)

S'en échapper pour avancer (2/2) (13-05-2007 par Jiby)

 

COMMENTAIRES