Pseudo:

Mdp:

Inscription - Mdp oublié

VUE SUR LA VIE

Rechercher un article

Afficher tous les articles

Afficher tous les dossiers

Millefaces Axid Flech Vue sur la vie M contre N Neopolis En pleine cible

L'attraction de nos vies (1/2)

par Jiby (12-05-2007)

La moyenne des nombres, c’est leur milieu. Plus précisément, la moyenne d’un ensemble de nombres se trouve plus grande que le plus petit nombre et plus petit que le plus grand nombre de cet ensemble. Par exemple, la taille moyenne des gens est plus petite que la taille de l’homme le plus grand, et plus grande que la taille de l’homme le plus petit.

Si on trace un graphique sur la taille des gens, sur leur poids, le nombre de mots qu’ils disent en une heure, sur leurs goûts, leur durée de vie ou n’importe quoi d’autre, on aura des « courbes en cloche » (appelée courbe de Gauss), c’est à dire que ce sera inégalement réparti.

Par exemple, admettons que la taille moyenne des gens soit de 1m 70 à 40 ans, on aura, sur une foule de personnes de 40 ans : une grande majorité qui fera entre 1m 65 et 1m 75 et de moins en moins en dessous de 1m 65 et au dessus de 1m 75.

DOCUMENT VISUEL

Une courbe de Gauss: la taille des gens (par Jiby)

 

Et pourquoi ceci ? Dans le cas que nous venons de voir : nous avons presque tous la même taille car on se reproduit entre nous : Laissant peu de place à la diversité (génétique). Mais dans le cas des goûts (plats favoris,…), on observerait sans doute la même courbe : C’est l’ « effet de masse », c’est la société et les autres qui nous forcent à être « dans la norme ». Tout en prétendant être original, on ne veut pas être trop différent des autres.

La pression de la société, et le mauvais mélange de nos gènes (portant nos caractéristiques) lors de la reproduction contribuent à cette homogénéité dans la population, qui se traduit par une attirance vers le milieu (la moyenne).

DOCUMENT VISUEL

Une courbe de Gauss se resserre (par Jiby)

 

Les gens (ou les animaux,…) qui se trouvent à l’extérieur de la cloche (Les marginaux pourrait-on dire), ont tendance à être éliminés par les autres (isolement) ou par eux-mêmes (suicide). Ou dans le meilleur des cas peut-être, ils finissent par rejoindre le milieu de la cloche (et donc de la norme). Car l’équilibre d’un individu réside (malheureusement ?) dans le besoin de se situer dans la cloche pour être reconnu et accepté par les autres (ce qui est nécessaire à sa vie) . Les gens qui sont à l’extérieur de la cloche ont donc tendance à revenir vers l’intérieur, alors que l’inverse est plutôt rare ! C’est pour cela qu’il est difficile de sortir de la masse : et comme l’homme à un goût particulier pour se croire capable de faire ce qui est difficile, il veut toujours se démarquer par son originalité : du moins, c’est ce qu’il prétend et ce qu’il croit. Car en réalité, on ne se sent souvent bien qu’avec ceux qui sont comme nous. On a peur des différences, et on s’associe à ceux qui nous sont le plus identiques et qui ont donc le moins de choses à nous apporter. Mais la nature est ainsi faite. Et c’est à l’homme de démolir ce racisme naturel et primaire qui lui est donné. Car sinon les différences disparaîtront, notre courbe de Gauss toujours tirée vers le milieu, deviendra mince, et se transformera en une simple ligne, terne, monotone, banal et sans intérêt. Une ligne droite à l’horizontal, qui croit transpercer le ciel et fait en réalité barrage à toutes les colombes qui passent.

DOCUMENT VISUEL

Une courbe qui se resserre à l'extrême (par Jiby)

 

Notre courbe est devenue une droite, notre colline est devenue un gratte-ciel. Lequel résiste le mieux au vent ?

Revenons à quelque chose d’un peu plus mathématique: La première courbe que j’ai représenté caractérisait une société dont la moyenne correspondait au milieu. Mais là encore, il n’existe pas qu’une seule société sur Terre, il n’existe donc pas qu’un seul milieu. Prenez par exemple, deux sociétés qu’apparemment, tout oppose: les pygmées et les londoniens: placez-les sur un même graphique: vous aurez deux cloches:

DOCUMENT VISUEL

Une double courbe de Gauss (par Jiby)

 

Mais si vous étiez amené à mélanger les deux sociétés, les deux cloches s’attiraient l’une à l’autre (la plus grosse attirerait la plus petite, plus que la petite attirerait la grosse, un peu comme les lois de la gravité. On s’aperçoit vite que les lois de la physique, comme c’est le cas ici, peuvent s’appliquer à la démographie.). Après plusieurs générations de métissage, on aurait une nouvelle courbe en cloche située entre les deux premières.

Voici des exemples divers qui montrent à quel point, le monde est régi par cette « loi du milieu »:

- Dans une société: la classe moyenne est aussi celle qui représente la plus grande part de la population.

- Le soleil: c’est bon pour la santé, disent les uns, mauvais disent d’autres. La réalité est entre les deux : il en faut (la vie n’existerait pas telle que nous la concevons, sans soleil) mais pas trop (Risques de cancers,…). Ce même raisonnement peut se tenir avec beaucoup de choses: l’alcool qu’on consomme (un verre: ça va, trois verres: bonjour les dégâts !), la nourriture (si on en consomme trop, on est gros, on a des problèmes de santé. Si on n’en consomme pas assez, on est maigre, on a des problèmes de santé également.) Quand on met du sel sur un steack: ni trop, ni trop peu. Etc.

- Les achats: si on veut acheter quelque chose: il ne faut pas qu’il soit trop cher (on voit tout de suite pourquoi), mais il ne faut pas qu’il soit trop bon marché (sinon, il risque d’être de trop mauvaise qualité).

- L’orientation spatiale : Si on nous demande de prendre une feuille de papier toute blanche, et qu’on nous dit de dessiner un petit bonhomme, on va probablement le faire en plein milieu de la feuille. Quand on regarde quelqu’un, c’est dans les yeux qu’on le regarde (et même dans le milieu des yeux, c’est instinctif, même les animaux le font), et pour regarder les deux yeux en même temps, on regarde en réalité au milieu d’eux.

Mais c’est aussi là un des problèmes de notre société: on regarde le milieu, la moyenne. Certes, c’est ça qui nous permet peut-être d’être équilibré. (La balance est équilibrée lorsque les poids de chaque côté entrainent l’aiguille à indiquer le milieu du cadran). Mais la nouveauté, la diversité et la création viennent toujours des côtés, des extrêmes en quelque sorte…

 

Recommander cet article : .

1.5/5

 

DANS CE DOSSIER La loi du milieu

L'attraction de nos vies (1/2) (12-05-2007 par Jiby)

S'en échapper pour avancer (2/2) (13-05-2007 par Jiby)

 

COMMENTAIRES