Pseudo:

Mdp:

Inscription - Mdp oublié

VUE SUR LA VIE

Rechercher un article

Afficher tous les articles

Afficher tous les dossiers

Millefaces Axid Flech Vue sur la vie M contre N Neopolis En pleine cible

Je ne crois que ce que je vois (1/4)

par Jiby (18-01-2007)

Parlons d’une chose dont on ne parle presque jamais. Cette chose qu’on utilise tous les jours, tout le temps et auquel on ne pense pas. Cette chose sans quoi, notre vie serait changée : la vue.

Regardez cette page web, vous lisez…que voyez-vous : des lettres ? Oui, c’est tellement plus simple de voir ce qui est destiné à être vu, ce qui « saute aux yeux » comme on dit. Pourtant, regardez de plus près…la façon dont l’écran est fabriqué, la forme des lettres qui s’unissent pour former des mots, puis des phrases. Tout ça, on le voit constamment et pourtant on ne s’en aperçoit pas : On s’en moque. Et oui, on ne voit que ce qui nous est le plus facile de voir.

La vue, encore plus que les 4 autres sens a un rôle fondamental. C’est sans aucun doute de se représenter le monde non pas comme il est (car il n’est pas quelque chose de déterminé) mais comme on nous l’a appris. On voit le monde comme il nous est permis de le voir, avec les outils qui nous ont été donné pour le voir (nos yeux) et surtout avec la façon dont on se sert de ces outils et les habitudes qui vont avec.

En fait, il n’est pas possible de connaître un objet grâce aux sens. Je m’explique : imaginez la branche d’un arbre : vous savez que c’est une branche d’arbre : car elle a les caractéristiques du bois (couleur, odeur, texture, etc.) , que vous l’avez trouvé par terre, à coté d’un arbre, etc. Mais imaginez maintenant que vous êtes dans un ascenseur : vous baissez les yeux et vous voyez une espèce de touffe poussiéreuse et noirâtre : comment irez-vous deviner que c’est aussi une branche d’arbre, alors qu’elle est brûlée, qu’elle a donc changé d’odeur, de couleur, de texture, d’apparence en bref et qu’en plus, elle n’a rien à faire là dans l’ascenseur. Nos sens ne peuvent donc plus savoir que c’est une branche d’arbre.

Au fond, il y a tant de poussières qui nous passent sous le nez sans qu’on sache que ce sont des morceaux microscopiques de branches (ou d’autres choses). Rien n’est immuable, tout se transforme. Là encore, c’est le cycle de la matière : « tu es né poussière et tu retourneras poussière ». L’arbre est brûlé, il est recyclé,…, s’incorpore à la terre, nourriture d’un autre arbre, etc. Et notre vue ne parvient pas à suivre. Elle ne sait plus si elle a affaire à de la terre ou à un arbre !

En résumé, ce qui fait qu’une branche d’arbre est une branche d’arbre, est quelque chose qu’on ne peut pas percevoir par nos sens de façon évidente. A moins de considérer qu’une branche qui ne ressemble plus à une branche, n’en est dés lors plus une.

Comme le disait Schopenhauer : « le monde est MA représentation […] vous ne connaissez ni un soleil, ni une terre, mais seulement un œil qui voit ce soleil, une main qui touche cette terre ». Qu’est ce qui vous prouve que vos sens, vos yeux, ne vous trompent pas ?

Les autistes utilisent leurs sens. Pourtant ils ne voient sans doute pas le monde comme nous. Pourquoi les autistes seraient-ils plus loin que nous de la réalité ? Ils ont peut-être cette même conviction que nous, que ce qu’ils voient, ce qu’ils connaissent, est LA réalité. Mais ce n’est que LEUR réalité. Donc, même si on ne peut pas considérer les apparences comme fausses, ça n’implique pas obligatoirement qu’elles soient vraies. Il ne faut pas se référer à l’apparence d’un objet (ou d’un individu) pour le connaître. C’est pourtant ce qu’on fait en permanence.

 

Recommander cet article : .

0.0/5

 

DANS CE DOSSIER Les sens de nos sens

Je ne crois que ce que je vois (1/4) (18-01-2007 par Jiby)

Nos réalités fictives (2/4) (19-01-2007 par Jiby)

Quand on joue avec eux (3/4) (20-01-2007 par Jiby)

Au delà des cinq (4/4) (21-01-2007 par Jiby)

 

COMMENTAIRES